A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

« Ce Qui Ne Tue Pas, Nous Rend Plus Fort »

Témoignage d’une famille qui attendait la guérison de leur garçon mais il en a été autrement …
La foi de leur petit Théo les a transportés et les conduit dans la Présence de Dieu  … je vous laisse découvrir le témoignage de Catherine sous forme d’un courrier en fin de cette page dédiée à Théo et ses parents que nous avons pu accompagner durant de longs mois de la France jusqu’à l’Ile de la Réunions ….

« Je voudrai vous remercier pour le soutien par vos prières que vous avez apporté à Théo et aussi à ces vaillants parents, considérés comme des vaillant héros de la Foi par beaucoup, tellement ils sont tenus fermes.

Pour la veillée et l’enterrement, ils ont été remarquables encore portés par toutes vos prières, une grâce spéciale était sur eux bien qu’accablés …!

continuez à prier pour eux svp, car maintenant le vide se fait ressentir . ….
Une pensée particulière pour Jean Bernard il a perdu son fils unique, son enfant unique …!
C’était des parents attentionnés, affectueux …!

Ces 8 derniers mois ils ont été au chevet de leur fils matin midi soir nuit , le temps s’était arrêté pour eux, ils ont tous laissé tomber pour rester auprès de Théo !
ils lui ont offert le meilleur ….. !  

 

 –  – 

Je vous fais passer des photos de Théo avec ses parents, pour que vous rappeliez et puissiez mettre une image sur ce petit héros de la Foi !

Photos lors de ces courts séjours à l’extérieur de l’hôpital,  Théo voulait toujours grimper dans les arbres comme Zachée, il désirait voir Jésus aussi, cette fois il l’a rencontré, car son visage était lumineux … !

 Bises fraternelles à chacun  de  Chantal (Responsable Louange dans leur église à l’Île de la réunion )

 

 

Et voici le dernier courrier de la Maman de Théo témoignant de la Grâce trouvé près de Dieu dans ces moments passés avec Théo ♥

Chers frères et sœurs,

Une semaine que Théo est parti et je réalise mieux aujourd’hui qu’il n’est pas dans la pièce d’à côté, que je ne l’ai pas confié en garde à quelqu’un et que je ne le reverrai plus sur terre, même si j’ai encore attendu quelques heures, quelques jours si Dieu voulait bien lui redonner vie.

Je sais bien où nous l’avons amené et à qui nous l’avons confié, et c’est pour moi un cadeau que Dieu nous ait permis d’accompagner Théo jusqu’aux portes du ciel, Jean Bernard et moi ensemble d’un plein accord.

Nous sommes rassurés que Théo ait accepté au bout de plusieurs heures de se reposer dans les bras de Jésus à qui nous l’avons confié et nous sommes certains qu’il est dans la joie la plus totale depuis son départ. Il a réussi à nous quitter car nous lui avons certifié que nous le laissions aller en paix puisque Dieu s’occuperait de nous.

Si depuis son départ nous vivons dans une grâce particulière c’est parce que Dieu nous a fait ce cadeau de tout préparer parfaitement de nous laisser le temps d’accepter des choses et dans les moindres détails il a tout organisé tout nettoyé pour que lorsque la plaie s’ouvrirait elle serait propre, il a fallu 8 mois de préparation et de formation, de rencontres, de liens qui se sont tissés, de témoignages, de retour à la Réunion, de visites cadeaux de ceux qu’il aimait, de moments privilégiés pour pouvoir vivre cette dernière après midi face à la mer, les yeux levés vers le ciel et ce nuage d’où sortaient des rayons de soleil, avec le souffle du vent sur sa peau, les pieds dans l’eau. Et même si notre incompréhension reste grande et que pour nous son cœur n’aurait pas dû s’arrêter de battre, sa place n’aurait pas dû être sur ce lit  mortuaire, nous espérions tellement en sa guérison miraculeuse, pourtant je réalise aujourd’hui (Tamara nous l’a d’ailleurs expliqué), que le jour du départ de Théo était fixé depuis longtemps, avant sa naissance, tous ses jours étaient parfaitement comptés et en cela Dieu qui contrôle toutes choses a eu le dernier mot.

Quelques signes sont là aussi pour confirmer que ce jour était le bon jour, il avait 7 ans et 7 mois, il a souffert 40 jours…
Parfois je me demande quelle est la part de l’ennemi et la part de Dieu dans cette épreuve, car je sais que Dieu ne veut pas la maladie, la souffrance et la mort de ses enfants, je ne sais pas maintenant, mais je saurai un jour, en tout cas ce que je suis sure c’est que Dieu a eu le dernier mot car l’ennemi n’a pas eu raison de Théo, Théo n’a jamais abandonné Jésus et il est maintenant avec lui pour l’Eternité, et l’ennemi n’a pas eu raison de nous car nous ne nous sommes pas révoltés contre Dieu au point de l’abandonner et nous n’avons pas voulu cherché, une seule fois, du secours ailleurs qu’auprès de lui, nous avons recherché sa volonté jusqu’au bout, au prix qu’il nous le reprenne. Nous n’avons pas vu l’échec dans son départ, juste la douleur, car nous savions que cette maladie était pour la gloire de Dieu (Dieu ne nous a pas révélé de quelle manière il allait se glorifier).

Le résultat est là, Jean bernard et moi, malgré notre douleur, sommes dans une paix et une grâce incompréhensibles, nous ne sommes pas désespérés et abattus, et nous voyons tout autour de nous de grandes choses, un impact très fort non seulement depuis le début de la maladie mais maintenant peut être encore plus depuis son départ. L’Amour que Dieu nous communique concrètement à travers vous tous nos frères et sœurs, l’Unité qu’il a mis dans nos cœurs, dans la prière, l’espérance, ladouleur…

Tous les cœurs qui ont fondu, toutes les étreintes qui sont devenues sincèrement chaleureuses, les prières qui sont devenues authentiques, nos chants de vrais cris ou de vraies louanges…
Les non croyants qui parlent de foi et de paix éternelle… « Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. »
Dieu, sans nous révéler ses secrets, nous a parlé depuis longtemps, il nous a donné aussi deux alternatives : accepter de lui redonner Théo si c’était sa volonté et nous permettre de vivre de derniers bons moments ensemble et espérer jusqu’au bout en sa guérison miraculeuse et même en sa résurrection si Dieu voulait cela. Nous avons été partagé entre les deux pour avoir vécu les deux, jusqu’à ce que je sache que Théo allait pouvoir sortir de l’hôpital et vivre « d’éventuels derniers jours » dans un beau cadre, en voyant le ciel et avec nous en famille, j’ai décidé, ou plutôt Dieu m’a conduite dans la seule perspective de guérison, j’étais dans une paix surnaturelle en sachant bien que si un jour je devais être triste, j’aurai bien le temps de l’être, j’ai profité des derniers jours de Théo dans la joie. Comme vous tous, durant toute cette longue épreuve, nous ne nous sommes attachés qu’aux paroles encourageantes, qu’aux signes d’espoir, qu’aux visions optimistes et c’est bien normal.

Mais Dieu a pourtant parlé d’autres manières aussi :
2 mois avant la découverte de la maladie, Théo nous répétait pendant une semaine :
« Je suis pressée de mourir pour aller au ciel, car le ciel c’est mieux que la terre »,
j’ai craint que Dieu voulait nous préparer à quelque chose, en tout cas Théo était prêt lui. Théo pouvait espérer en de belles choses pour son avenir, mais parfois il pouvait dire aussi qu’il ne se marierait peut être pas car il mourrait peut être avant, il nous redisait encore que le ciel était mieux. Il disait aussi qu’il guérirait bien un jour car quand il serait au ciel il serait guéri, et là j’ai compris qu’il avait compris, il n’y avait que Dieu qui pouvait lui révéler ces choses, il ne voyait pas la mort physique comme une fin mais il y avait une continuité dans l’Eternité. Nous sommes certains que Dieu a visité Théo, qu’il savait et, qu’il était prêt à rejoindre son Papa céleste, il voulait nous protéger de la douleur et la tristesse de le voir souffrir puis partir.

En tout cas comme Dieu avait tout prévu et tout dirigé, aucun effort ou action humaine n’aurait changé ses plans parfaits, il a entendu toutes nos prières, nos douleurs, nos angoisses et y a répondu à sa manière, je ne cesserais de croire que s’il avait voulu il aurait pu le guérir miraculeusement, mais il a voulu autre chose de mieux pour Théo, en tout cas Théo était d’accord pour ça, peut être pas nous, mais c’est de l’égoïsme, car nous savons que là où il est c’est tellement mieux.

Jusqu’à la fin nous savions qu’il nous était possible d’incliner le cœur de Dieu, le faire fléchir, faire changer ses plans et lui réclamer avec acharnement la guérison de Théo, Jean bernard et moi avons souhaité la volonté de Dieu (qui est de loin la meilleure), nous avons, pourtant, jusqu’au bout demandé la guérison et encore, devant son corps inerte demander qu’il lui redonne vie, s’il le voulait, mais malgré notre douleur, nous étions en paix de l’avoir laissé partir avec un sourire sur les lèvres et de l’avoir déposé dans les bras de Jésus. Nous ne savons pas ce qu’aurait été sa vie si Dieu nous avait donné ce que nous aurions réclamé avec insistance et sans paix. 

Ce que nous savons c’est que sa vie a peut être été courte mais heureuse, il a été aimé, protégé, entouré d’amis, élevé dans un foyer paisible et aimant et surtout il a appris à connaîtreet aimer, dès son plus jeune âge, Jésus, il n’a pas eu le temps de connaître les misères et tracas de ce monde, maintenant il est au mieux de tout ce qu’on peut imaginer.
J’aimerais vous rassurer et vous dire :
« regardez la grande paix et la grâce particulière que Dieu déverse en Jean Bernard et moi, au cœur de notre immense douleur, elle parle mieux qu’aucun raisonnement, elle vous dit que Dieu avait raison et que c’est lui qui a gagné ».
« Elle a du prix, aux yeux de l’Eternel, la mort de ceux qui L’aiment » 
Psaume 116:15.
Maintenant nous devons continuer la course, les yeux fixés vers le ciel et hâter le retour de Jésus Christ.
Nous avons tous besoin les uns des autres, encore plus maintenant, je sais que ce sont vos prières qui nous ont porté quand nous ne pouvions plus prier, je sais aussi que c’est grâce à vos prières que les plans parfaits de Dieu se sont accomplis et ont été magnifiquement orchestrés et je sais que la grâce surnaturelle dans laquelle nous sommes c’est encore grâce à vos prières, alors s’il vous plaît, continuez et que Dieu en soit glorifié au plus haut point, merci de faire partie de notre grande famille, je vous aime.

Soyez tous richement bénis , soyez dans la vie et dans la vie en abondance que Jésus le bon Berger nous offre. 
Catherine
(Avril 2011)